“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Maupassant - Romans de Guy de Maupassant

Maupassant

Romans

Par Guy de Maupassant

Maupassant

Relié, 1685 pages

Paru le 4/05/1987 chez Gallimard

Classé n° 196.715 des ventes sur Amazon.fr
Prix éditeur
64,00 €
Langue
Français
ISBN-10

2070111180

ISBN-13

9782070111183

Dimensions

18,01 x 11,71 x 4,50 cm

Poids

650 grammes

Offres

Site Marchand Etat Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix...

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Cdiscount.com, Cultura.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, PriceMinister.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus).
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

Détails & caractéristiques

Format : Relié, 1685 pages
Date de publication : 4/05/1987
Editeur : Gallimard
Langue : Français
ISBN-10 : 2070111180
ISBN-13 : 9782070111183
Prix éditeur : 64,00 €
Classement Amazon.fr : 196.715
Dimensions : 18,01 x 11,71 x 4,50 cm
Poids : 650 grammes

Toute l’œuvre romanesque de Maupassant en un livre

Ce recueil des romans de Guy de Maupassant, paru chez La Pléiade, est ici présenté dans sa première édition de1987.

Louis Forestier, qui avait déjà annoté les textes des deux volumes des Contes et nouvelles (dans la même collection), appose à nouveau sa plume pour apporter son éclairage à ces six romans initialement publiés entre 1883 et 1890 -auxquels viennent s’ajouter les deux inachevés L’Âme étrangère et L’Angélus.

Sacré « prince des conteurs » par son contemporain Anatole France, cet auteur à l’écriture foisonnante, normand de tout cœur, livre dans son œuvre romanesque ses recherches de vérité.

Nourri de tant d’influences, et ayant lui-même tant inspiré, son style réaliste et naturaliste a marqué à jamais la littérature française. Cette superbe anthologie trouve sa place parmi les chefs-d’œuvre de toute grande bibliothèque.

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 27,46 €
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 5,59 €
  • - En achetant ce livre d'occasion, vous pouvez réaliser en moyenne 57% d'économie par rapport au prix éditeur.
  • - Plusieurs personnes ont créé des alertes prix et souhaitent acheter ce livre (20,00 € maximum)
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente !

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

eBooks

Site Marchand Format DRM Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé...

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé...

Recherche en cours...

Il n'y a actuellement aucune critique pour ce livre.
Voici, après les deux tomes consacrés aux Contes et nouvelles, le volume qui rassemble tous les romans de Maupassant, y compris ses deux romans inachevés L'Ame étrangère et L'Angélus. Est-il tout à fait assuré que Maupassant appartienne au naturalisme ? Certes, il s'agit pour lui de trouver la vérité de l'homme non plus seulement dans son esprit (comme au XVIIIe siècle) ou dans quelques types exceptionnels (comme au XIX), certes, Taine et Claude Bernard ne sont pas loin, et Flaubert, fils de médecin : les personnages de Maupassant sont au monde "à travers leur corps", corps immergé dans un milieu qui les explique en partie.

Et si - cependant - Maupassant était impressionniste, troublé par l'instant qui passe et les crépuscules qui ramènent les monstres ou les doubles que la nuit profère ? Une vie : Jeanne, l'héroïne, est l'hypostase même de l'absence ; c'est une vie quelconque - la sienne -, mais qui pourrait être la nôtre. Bel-Ami, ou l'homme qui arrive par les femmes dans les milieux bien troubles - et pas tout à fait archaïques - d'un certain journalisme et d'une certaine politique.

Mont-Oriol, ou comment un type de médecin crée sa propre clientèle en suscitant la maladie de son malade. Pierre et Jean, ou l'obsession de l'identité. Plus fort que la mort : Olivier Bertin meurt - comme dans Racine - quand il reconnaît dans la fille de sa maîtresse le portrait - comme dans Poe traduit par Baudelaire - qu'il a jadis fait de celle-ci. Mais le portrait, ici, est de chair vivante. Notre coeur, ou la frigide qui tient salon : peut-être le seul roman de Maupassant qui sauve son héros par un recours quelque peu rousseauiste à la fraîche nature.

Anatole France écrivait de Maupassant dans sa Vie littéraire : "Son indifférence est égale à celle de la nature : elle m'étonne, elle m'irrite. Je voudrais savoir ce que croit et sent en dedans de lui cet homme impitoyable. Aime-t-il les imbéciles pour leur bêtise ? Aime-t-il le mal pour sa laideur ? Que croit-il de l'homme ? Peut-être se dit-il que le monde est bien fait, puisqu'il est plein d'êtres mal faits et malfaisants ? Toutefois, on est libre de penser, au contraire, que M de Maupassant est, en secret, triste et miséricordieux, navré d'une pitié profonde, et qu'il pleure intérieurement les misères qu'il nous étale avec une tranquillité superbe".

Faut-il, en définitive, penser de ces cruels romans ce que Maupassant écrivait, dans son premier recueil de vers, des femmes : Il faut dans ces fruits-là ne mettre que la dent : On trouverait au fond une saveur amère.
Guy de Maupassant est né en 1850 au château de Miromesnil en Normandie. Ses parents se séparent alors qu'il est encore enfant. Confié à sa mère ainsi qu'à son jeune frère, il vit désormais à Étretat dans la propriété familiale. Ces années sont les plus heureuses de son existence. Sa mère veille elle-même sur l'instruction de son fils, s'efforçant de lui faire partager son amour des livres tout en le laissant s'ébattre librement dans les champs et les bois, au bord des falaises, et flâner sur les ports où des marins l'emmènent parfois en mer.

Elle se résigne enfin à l'inscrire au collège, mais l'enfant supporte mal l'enfermement, la grossièreté de ses camarades et la discipline, aussi s'isole-t-il pour écrire des vers. Certains raillent si ouvertement ses professeurs qu'il est renvoyé et doit poursuivre ses études au lycée de Rouen. L'invasion de la Normandie lui inspira une nouvelle : « Boule de Suif ». Un emploi lui est ensuite offert à Paris, au ministère de la Marine, puis au ministère de l'Instruction publique, occupations ingrates auxquelles les promenades en bateau qu'il fait chaque dimanche apportent quelque distraction.

Mais, surtout, sa mère l'a recommandé à Gustave Flaubert, dont elle a été l'amie d'enfance. L'écrivain lui ouvre les portes de son bureau, dirige ses lectures, le charge de recherches. Maupassant lui soumet bientôt ses premiers manuscrits. Flaubert l'introduit dans la société littéraire. Maupassant collabore alors à divers journaux. Il en dépeindra les salles de rédaction dans « Bel-Ami ». « Boule de suif », publié en 1880, rencontre un tel succès qu'il abandonne ses projets de poèmes et de théâtre, pour se consacrer aux nouvelles et aux romans.

Dès lors, il ne cesse d'écrire. De 1880 à 1890, il publie six romans, dont « Une vie », et seize recueils de nouvelles, dont « La Maison Tellier », « Mademoiselle Fifi ». Son besoin de solitude est tel qu'il se fait construire une villa à Étretat, dans laquelle il se retire pour écrire. Vers 1885, Maupassant ressent les premiers symptômes de la maladie nerveuse qui l'emportera. Il sombre dans la tristesse, il se croit entouré d'êtres invisibles.

C'est à cette époque qu'il écrit « Le Horla ». On finira par l'interner dans une clinique où il mourra, dix-huit mois plus tard, le 6 juillet 1893.

Autres éditions (1)

Couverture Date d'édition Editeur Format
Editions Albin Michel 20/11/195920/11/1959Editions Albin MichelBroché, 1409 pagesComparer
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782070111183&jscmd=viewapi&callback=gbookscb