“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Œuvres (Tome 1) de Claude Simon

Œuvres (Tome 1)

Par Claude Simon, Alastair B. Duncan (Sous la direction de)

Œuvres (Tome 1)

Relié, 1664 pages

Paru le 16 février 2006 chez Gallimard

Classé n° 305.648 des ventes sur Amazon.fr
Prix éditeur
63,50 €
Langue
Français
ISBN-10

2070117081

ISBN-13

9782070117086

Dimensions

11,5 x 18,0 x 4,1 cm

Poids

637 grammes

Meilleur prix

D'occasion

Neuf

Enchères

eBooks

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Cdiscount.com, Cultura.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, Rakuten.com, RecycLivre.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Relié, 1664 pages
Date de publication : 16 février 2006
Éditeur : Gallimard
Langue : Français
ISBN-10 : 2070117081
ISBN-13 : 9782070117086
Prix éditeur : 63,50 €
Classement Amazon.fr : 305.648
Dimensions : 11,5 x 18,0 x 4,1 cm
Poids : 637 grammes

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 46,81 €
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 38,44 €
  • - En achetant ce livre d'occasion, vous pouvez réaliser en moyenne 26% d'économie par rapport au prix éditeur.
  • - Une personne a créé une alerte prix et souhaite acheter ce livre (35 € maximum).
  • - Dernière alerte prix créée : il y a 1 an.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente ! En savoir plus…

eBooks

Site Marchand Format Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé…

Résumé

L'ouvre de Claude Simon trouve l'un de ses ancrages dans l'histoire du XXe siècle, telle qu'il l'a vécue. La Grande Guerre, la mort dès 1914 d'un père qu'il n'a pas connu, le deuil d'une mère inconsolable puis sa disparition, la révolution dont il fut témoin, à Barcelone, en 1936, la débâcle de juin 1940, l'anéantissement de son escadron de cavalerie sur une route des Flandres, dont il sortit vivant, par hasard - ces expériences, les siennes, des centaines de milliers d'autres hommes les ont faites, y ont survécu, en sont restés marqués, ont voulu leur donner un sens et ont essayé de les faire partager, en vain : entre « voir écrit le mot obus » et se trouver au point de chute de l'objet, il y a, comme le fait observer Simon, une différence assez nette.

On a beau se livrer à toutes les « tentatives de restitution » qu'on voudra, impossible de restituer ce qui fut tel que cela fut. Mais cet impossible est en soi un sujet. « Que savoir, comment savoir ? » Comment rendre compte du « luxuriant, anarchique et impétueux désordre de la vie » ? Quelle forme et quel sens donner à ce qui semble n'être que chaos et absurdité ? De la guerre l'expérience n'est pas transmissible, et ses acteurs eux-mêmes n'en conservent qu'une perception fragmentaire.

Alors que raconter, comment, et à qui ? Qu'y a-t-il à tirer du magma des émotions et des souvenirs ? Comment reproduire ? qu'exprimer ? pour démontrer quoi ? « Non plus démontrer », répond Claude Simon, « mais montrer, non plus reproduire mais produire, non plus exprimer mais découvrir ». Écrire. Se livrer aux mots, eux-mêmes créateurs de réalité. Ne pas laisser l'écriture s'effacer « derrière un récit et des événements qui n'existent que par elle ».

S'émanciper de toute ambition réaliste, pour explorer librement des contrées inconnues. Les livres de Claude Simon ne reconstituent pas le réel : ils le constituent dans et par l'écriture. Leur forme se renouvelle de roman en roman, avec toutefois une constante : aucun de ces livres n'est un pur « tour de force », dans chacun d'eux la vie passe, et l'ouvre de Claude Simon est l'une des plus émouvantes de notre temps.

Décédé en 2005 à l’âge de 91 ans, Claude Simon, Prix Nobel de littérature en 1985, entre en Pléiade tout juste un an après sa mort. En fait, l’écrivain de la débâcle historique aurait dû y entrer de son vivant, comme Julien Gracq, autre géant de la littérature française de la seconde moitié du XXe siècle, mais la mort en aura voulu autrement, n’empêchant pas cependant la publication d’un ouvrage pensé par l’auteur lui-même, depuis le plan du volume jusqu’au choix des œuvres publiées, depuis le choix des éditeurs jusqu’à la relecture de l’appareil critique.

Le lecteur ne trouvera ici aucun texte antérieur à 1957, Claude Simon considérant que son œuvre ne commence véritablement qu’à partir de cette date et la publication du Vent, tentative de restitution d’un retable baroque. Outre ce texte, sont ici rassemblés La Route des Flandres, Le Palace, Femmes/La Chevelure de Bérénice, La Bataille de Pharsale, Triptyque, le Discours de Stockholm, Le Jardin des plantes, ainsi que de nombreux autres écrits inédits ou introuvables. Cet exceptionnel volume Pléiade offre ainsi une large vision de la prose chaotique d’un homme profondément marqué par la guerre et l’effondrement de l’Europe au milieu du XXe siècle.

Claude Simon n’était pas un écrivain comme les autres. Par sa rage d’écrire, par son aptitude à capter l’incandescence des événements (en digne héritier de Faulkner), par son attraction pour la fulgurance des images (n’était-il pas l’ami des peintres ?), par la puissance de sa résistance au néant du temps (en digne écrivain de la mémoire active, comme Proust), par l’érotisme de sa pensée, par son génie pour renouveler un genre romanesque en prise avec une époque cataclysmique tellement difficile à saisir littérairement, il restera dans le panthéon des lettres françaises comme une coulée de lave au goût unique.

À propos de l'auteurL'auteur

Claude Simon est né en 1913 à Tananarive, Madagascar. Son père meurt dès le début de la Première Guerre mondiale. Après une enfance à Perpignan et des études secondaires à Paris, il suit les cours de peinture d'André Lhote de 1933 à 1934, se rend à Barcelone pour soutenir les Républicains espagnols, puis voyage en Allemagne, U.R.S.S., Grèce, Italie... Mobilisé en 1939, fait prisonnier en mai 1940, il s'évade dès octobre.

Après la guerre, il devient viticulteur et s'adonne à la peinture et la photographie. En 1957 il publie Le Vent, qu'il considèrera toujours comme son premier roman valable. En 1985, il reçoit le prix Nobel de littérature pour l'ensemble de son oeuvre. Il est décédé à Paris le 5 juillet 2005.
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782070117086&jscmd=viewapi&callback=gbookscb