“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

La Tendresse du monde - L'art d'être vulnérable de Fabrice Midal

La Tendresse du monde

L'art d'être vulnérable

Par Fabrice Midal

Broché, 193 pages

Paru le 1ᵉʳ février 2013 chez FLAMMARION

Classé n° 227.334 des ventes sur Amazon.fr
Collection
Prix éditeur
17,00 €
Langue
Français
ISBN-10

2081280590

ISBN-13

9782081280595

Dimensions

13,8 x 21,1 x 1,4 cm

Poids

209 grammes

Meilleur prix

D'occasion

Neuf

Enchères

eBooks

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Ammareal.fr, Cdiscount.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Label-Emmaus.co, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, Rakuten.com, RecycLivre.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Broché, 193 pages
Date de publication : 1ᵉʳ février 2013
Collection : Un chemin à soi
Éditeur : FLAMMARION
Langue : Français
ISBN-10 : 2081280590
ISBN-13 : 9782081280595
Prix éditeur : 17,00 €
Classement Amazon.fr : 227.334
Dimensions : 13,8 x 21,1 x 1,4 cm
Poids : 209 grammes

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 9,11 €
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 5,49 €
  • - En achetant ce livre d'occasion, vous pouvez réaliser en moyenne 46% d'économie par rapport au prix éditeur.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente ! En savoir plus…

eBooks

Format Prix

Résumé

Le moi est haïssable, disait Pascal. Rien n'a peut-être fondamentalement changé : à la vanité et au divertissement que dénonçait le philosophe, la modernité a ajouté l'addiction à la consommation et la mise en doute des pouvoirs de la raison après un siècle de barbarie. C'est donc parfois à l'aide de la spiritualité – laïque et empreinte des sagesses du monde – que nous espérons mieux nous connaître et mieux vivre, nous défaire de nos angoisses.
Mais de quelle spiritualité parlons-nous ? Certainement pas de celle dont nous attendons qu'elle nous apporte le bonheur, la sagesse et le salut. Bref, qu'elle courtise notre ego, qu'elle sublime notre « vécu » en nous apportant la « paix ». Car la spiritualité est précisément l'inverse de tout cela : elle nous ouvre le chemin de l'inconfort, de l'expérience et du rêve. Elle est peut-être la forme de lutte la plus radicale contre la société de consommation, contre la dictature de l'actualité et de l'anecdote.
Cet ouvrage paraît dans la collection « Un chemin à soi ». La vie est quelque chose de bien trop sérieux pour avoir un sens, disait un sage. Elle en a en effet plusieurs, qui se disent de diverses façons, en autant de moments et d'humeurs. La collection "Un chemin à soi" recueille les témoignages de penseurs affranchis des frontières disciplinaires et soucieux de renouer avec les questions concrètes de l'existence vécue.

Peut-on trouver une forme de sérénité dans un monde qui souffre et où tant d'êtres humains sont sacrifiés ? Comment vivre pieds et poings liés à la dictature de la rentabilité, qui tient pour rien ce qui ne se comptabilise pas, ce qui ne se gère pas ? Nous avons certes le choix. Nous pouvons nous lancer à corps perdu dans la bataille, et faire alors de la sérénité un à-côté de la vie, un loisir. Jouir de l'instant présent et accumuler les profits, être zen pour être plus efficace... Ou alors nous pouvons ouvrir les portes et les fenêtres de la maison et de notre propre esprit. Être prêt à assumer que le monde est tendre, c'est-à-dire fragile et donc nécessairement poignant. Si nous acceptons la vulnérabilité de notre être et la tendresse du monde, c'est que nous avons quitté la prison du «moi, moi-même et encore moi» - la recherche du confort et de la sécurité à tout prix que Franz Kafka décrit comme l'enfermement dans un terrier. La vulnérabilité n'est pas aussi effrayante que nous le croyons ; elle est même le socle de toute éthique possible.

À propos de l'auteurL'auteur

Fabrice Midal, né en 1967, a été professeur de philosophie, critique d'art à La Vie, et pendant plus de dix ans chargé de cours en photographie à l'Université Paris VIII ; il est aujourd'hui éditeur (chez Belfond, il dirige la collection L'Esprit d'ouverture dans laquelle il a notamment édité Christopher Hitchens, Richard Precht et Yu Dan ; chez Pocket, la collection Evolution), producteur occasionnel à France-Culture, auteur d'une vingtaine de livres, conférencier et fondateur de l'Ecole Occidentale de Méditation.
Parmi ses ouvrages : Et si de l'amour on ne savait rien ? Albin Michel, 2010. La Voie du chevalier, Dépassement de soi, spiritualité et action, Payot, 2009. L'Écoute du ciel, Pygmalion, 2009. Risquer la liberté, vivre dans un monde sans repère, Seuil, 2009. Hommage à l'amitié, Le Pré aux clercs, 2008. En septembre 2012 paraît Auschwitz, l'impossible regard (Seuil).
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782081280595&jscmd=viewapi&callback=gbookscb