“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

La logique totalitaire. Essai sur la crise de l'Occident de Jean Vioulac

La logique totalitaire. Essai sur la crise de l'Occident

Par Jean Vioulac

La logique totalitaire. Essai sur la crise de l'Occident

Broché, 496 pages

Paru le 15 février 2013 chez PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE - PUF

Classé n° 414.335 des ventes sur Amazon.fr
Collection
Prix éditeur
39,00 €
Langue
Français
ISBN-10

2130608558

ISBN-13

9782130608554

Dimensions

15,1 x 21,7 x 2,4 cm

Poids

666 grammes

Meilleur prix

D'occasion

Neuf

Enchères

eBooks

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Ammareal.fr, Cdiscount.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Label-Emmaus.co, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, Rakuten.com, RecycLivre.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Broché, 496 pages
Date de publication : 15 février 2013
Collection : Epimethee
Langue : Français
ISBN-10 : 2130608558
ISBN-13 : 9782130608554
Prix éditeur : 39,00 €
Classement Amazon.fr : 414.335
Dimensions : 15,1 x 21,7 x 2,4 cm
Poids : 666 grammes

Infos Prix

  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 19,98 €
  • - 3 personnes ont créé des alertes prix et souhaitent acheter ce livre (minimum 15 €, moyenne 22,70 €, maximum 39 €).
  • - Dernière alerte prix créée : il y a 3 mois.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente ! En savoir plus…

eBooks

Format Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé…

Résumé

Notre époque est celle de la crise : mais une crise n'est jamais que la phase critique atteinte par un processus de plus lointaine provenance. La crise contemporaine est ainsi révélation, à la fois de la dépendance de notre époque à l'endroit de l'histoire dont elle procède et de l'essence même de cette histoire : la pensée de la crise impose de la concevoir comme accomplissement d'un destin qu'il s'agit de mettre au jour.
La logique de ce destin est restituée à partir de Hegel, qui découvre dans l'histoire un processus de totalisation achevé dans la " totalité autonome " de l'État, régie par la terreur et la guerre. Cette figure de l'État correspond au concept de totalitarisme, qu'il importe alors d'étudier. Or ce que montre le nazisme, caractérisé par la désintégration de l'appareil d'État, c'est que le totalitarisme n'est pas forcément étatique : il existe un processus immanent de totalisation dont les régimes totalitaires ne furent que des phénomènes dérivés.
Ce processus est celui que Tocqueville a vu dans la massification des sociétés démocratiques. Il échoue à l'expliquer, le fondant en dernière instance sur la Providence divine, mais a cependant vu son lien avec la révolution industrielle. C'est Marx qui a pensé jusqu'au bout le processus de totalisation immanent au champ des pratiques, en découvrant dans le Capital la puissance de mobilisation et de massification caractéristique de la modernité : le capitalisme est en cela l'essence même du totalitarisme, et la mondialisation contemporaine n'est autre que la totalisation propre au Capital.
Le surmontement de la crise s'identifie dès lors au dépassement du capitalisme : mais si le capitalisme se définit par l'autonomisation du système des objets, alors l'automatisation propre au dispositif technique s'avère plus fondamentale encore que le capitalisme, et il faut avec Günther Anders parler d'un " totalitarisme technocratique ", dont on peut craindre qu'il soit indépassable. Reste alors à penser ce qui se dit dans une telle catastrophe.

L'ouvrage aborde la crise constitutive de notre époque, comprise comme accomplissement de l'histoire occidentale de la rationalité. La logique propre à cette histoire est restituée à partir de Hegel, qui permet de voir dans l'histoire un processus de totalisation achevée dans la « totalité autonome » de l'État, régie par la terreur et la guerre. Cette figure de l'État correspond au concept classique, depuis les années 1920, de totalitarisme, c'est pourquoi il importe de les étudier : mais les totalitarismes ne sont ici abordés que comme phénomènes, seconds et dérivés, d'un processus de totalisation dont il faut exhiber le mode de déploiement. D'où une relecture de Tocqueville, qui montre que le processus de totalisation politique repose sur l'avènement du pouvoir total de la masse, puis une relecture de Marx, qui découvre dans le capitalisme un processus de totalisation immanent au champ des pratiques, lequel fonde le processus social étudié par Tocqueville. Le cheminement de l'ouvrage est ainsi généalogique, et reconduit de la totalité étatique à sa base sociale, puis à son fondement pratique : la dernière étape consiste alors à mettre en évidence que la question de la technique est plus fondamentale encore que celle du capitalisme, en mettant au jour, avec Heidegger et Günther Anders, un « totalitarisme technocratique ». Son enjeu consiste ainsi à articuler l'État, la démocratie, le capitalisme et la technique comme catégories fondamentales de la totalisation (dite « mondialisation ») contemporaine, en même temps que mettre au jour leur provenance spécifiquement occidentale.

À propos de l'auteurL'auteur

Professeur agrégé et docteur en philosophie, Jean Vioulac est notamment l'auteur de L'époque de la technique (PUF, " Épiméthée ", 2009).
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782130608554&jscmd=viewapi&callback=gbookscb