“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Sarajevo mon amour de Jovan Divjak

Sarajevo mon amour

Par Jovan Divjak, Florence La Bruyère

Sarajevo mon amour

Broché, 298 pages

Paru le 17 mars 2004 chez Buchet Chastel

Classé n° 276.304 des ventes sur Amazon.fr
Collection
Prix éditeur
20,30 €
Langue
Français
ISBN-10

2283019818

ISBN-13

9782283019818

Dimensions

15,0 x 23,0 x 2,0 cm

Poids

402 grammes

Meilleur prix

D'occasion

Neuf

Enchères

eBooks

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Ammareal.fr, Cdiscount.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Label-Emmaus.co, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, Rakuten.com, RecycLivre.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Broché, 298 pages
Date de publication : 17 mars 2004
Collection : Essais document
Éditeur : Buchet Chastel
Langue : Français
ISBN-10 : 2283019818
ISBN-13 : 9782283019818
Prix éditeur : 20,30 €
Classement Amazon.fr : 276.304
Dimensions : 15,0 x 23,0 x 2,0 cm
Poids : 402 grammes

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 9,49 €
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 4,72 €
  • - En achetant ce livre d'occasion, vous pouvez réaliser en moyenne 53% d'économie par rapport au prix éditeur.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente ! En savoir plus…

eBooks

Format Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé…

Résumé

Avril 1992. La guerre éclate en Bosnie, mise à feu et à sang par les troupes extrémistes serbes, manipulées par Slobodan Milosevic. Tuant, pillant et violant, militaires et paramilitaires deviennent les artisans d'un projet insensé : dépecer la Bosnie, où Serbes, Croates et Musulmans vivent en paix depuis mille ans, et créer des régions « ethniquement pures ». Sarajevo sera prise en étau sous une pluie d'obus pendant 1263 jours, soit un siège plus long que celui de Leningrad ! Jovan Divjak, Serbe d'origine, est resté à Sarajevo pour défendre « sa » ville. Il a choisi de rester au côté de tous ceux qui étaient attachés à une Bosnie unie - les Musulmans, mais aussi des Serbes et des Croates.
Interrogé par Florence La Bruyère, Jovan Divjak revient sur son enfance dans la Yougoslavie de Tito, née de la résistance des partisans au fascisme, et dans laquelle le nationalisme n'avait pas cours. Il décrit la ville dont il est tombé amoureux en 1966, creuset de l'identité yougoslave puis bosnienne. Il raconte l'incroyable résistance des citadins qui enterrent leurs morts sous le feu des snipers et celle des artistes qui s'acharnent à monter des spectacles. Il dit aussi la misère des troupes bosniaques : l'ancienne armée fédérale a en effet effectué un véritable « hold-up » de l'énorme arsenal yougoslave, qu'elle a livré aux extrémistes serbes.
L'armée que Tito avait mise au service de tous s'est ainsi comportée en traîtresse en épousant la cause des criminels. Divjak, indigné, ne le lui pardonne pas. Il ne cache ni ses déceptions ni ses doutes : l'impuissance et l'incompétence des politiciens, la fin d'une armée multiethnique de Bosnie Herzégovine où le pouvoir impose les Musulmans, et l'avenir incertain d'un pays transformé en un semi-protectorat. La paix qui s'est installée n'est pas celle dont il a rêvé.

" J'ai défendu Sarajevo contre tous les nationalistes, parce que j'ai cette ville dans la peau. " Ainsi parle Jovan Divjak, 67 ans. Né à Belgrade de parents serbes mais bosnien dans l'âme, cet officier a refusé de se ranger aux côtés des Milosevic, Karadzic et autres Mladic, au moment où ils précipitaient la Bosnie-Herzégovine dans la guerre. Ancien membre de la garde de Tito, pour lequel il garde une admiration indéfectible, vieil ami de la France, doté d'un humour aussi solide que son bon sens, Jovan Divjak revient sur le parcours qui l'a amené à dire non à la folie meurtrière... Il parle avec passion de la ville où il habite depuis 1966. Il raconte l'incroyable résistance de Sarajevo, les artistes jouant sous les bombes, les tribulations de l'armée de Bosnie... Il ne cache ni ses impatiences ni ses doutes : la paix n'est pas celle dont il a rêvé.

À propos de l'auteurL'auteur

Jovan Divjak était colonel de l'armée populaire yougoslave 1993 lorsque la guerre a éclaté en Bosnie-Herzégovine. Refusant d'écouter les sirènes nationalistes, il a défendu l'idée d'une république multiethnique. Il est devenu le numéro deux de l'armée de Bosnie Herzégovine, avant d'être nommé général par le président Alija Izetbegovic. Il dirige aujourd'hui l'association " L'éducation construit la la Bosnie-Herzégovine " destinée aux enfants orphelins de la guerre, et qu'il a fondée en 1994. Florence La Bruyère est journaliste; spécialiste, de l'Europe centrale et des Balkans. Basée à Budapest en Hongrie, correspondante de Libération, de l'Express, de Radio France et de Radio France Internationale, elle s'est rendue à de nombreuses reprise en ex-Yougoslavie.
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782283019818&jscmd=viewapi&callback=gbookscb