“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Alimentaire mon cher Watson de Anne Martinetti

Alimentaire mon cher Watson

Par Anne Martinetti, Philippe Asset (Photographies)

Alimentaire mon cher Watson

Relié, 256 pages

Paru le 7 avril 2010 chez Chne

Classé n° 601.261 des ventes sur Amazon.fr
Illustrations
Couleur
Prix éditeur
35,00 €
Langue
Français
ISBN-10

2812301554

ISBN-13

9782812301551

Dimensions

19,5 x 25,0 x 3,0 cm

Poids

1360 grammes

Meilleur prix

D'occasion

Neuf

Enchères

eBooks

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Ammareal.fr, Cdiscount.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Label-Emmaus.co, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, Rakuten.com, RecycLivre.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Relié, 256 pages
Date de publication : 7 avril 2010
Illustrations : Couleur
Éditeur : Chne
Langue : Français
ISBN-10 : 2812301554
ISBN-13 : 9782812301551
Prix éditeur : 35,00 €
Classement Amazon.fr : 601.261
Dimensions : 19,5 x 25,0 x 3,0 cm
Poids : 1360 grammes

Infos Prix

eBooks

Format Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé…

Résumé

Nero Wolfe et son vitello tonnato, Hercule Poirot et son chocolat chaud ou sa crème de menthe (sans parler des escargots !), Miss Marple et ses muffins beurrés, Maigret et la blanquette de veau confectionnée par son épouse... Quel limier, quel enquêteur ne s’est pas arrêté un instant de traquer les criminels pour se régaler de son plat favori, voire d’un repas complet d’où sortira peut-être la solution de l’énigme ? Kay Scarpetta elle-même, l’héroïne de Patricia Cornwell confrontée à des morts sans nom, n’avoue-t-elle pas que la confection de sauce tomate pour agrémenter pâtes et pizzas lui détend les nerfs ? Ces créatures de papier pour la plupart bien en chair – du léger embonpoint d’Hercule Poirot aux 130 kilos de Nero Wolfe, jusqu’à l’obésité du commissaire Richard Séléna, l’Outremangeur de Tonino Benacquista – vouent souvent à la gastronomie un véritable culte, à la manière du détective barcelonais Pepe Carvalho. Selon le créateur de ce dernier, Manuel Vázquez Montalbán, dans Les Recettes de Carvalho, la cuisine serait même un rempart élevé contre le côté obscur de l’humanité : « Si nous dévorions l’animal mort ou la laitue arrachée tels quels, d’aucuns diraient que nous sommes sauvages. Maintenant, si nous faisons mariner la bête en vue de l’accommoder plus tard avec des herbes de Provence et un verre de vin vieux, alors nous avons mis en œuvre une délicate opération culturelle, fondée à parts égales sur la brutalité et sur la mort. » C’est un fait, les plus célèbres enquêteurs de la littérature policière sont passés maîtres dans l’art de « cuisiner » les coupables et de décortiquer leur modus operandi, afin de leur faire « manger le morceau ». Pour le commissaire Maigret, dans Mon ami Maigret, avec les suspects la méthode s’applique au premier degré : « On les laisse jeûner un peu pour les aider à se souvenir. » Un repas s’avère parfois un indice savoureux, comme dans l’œuvre de Fred Vargas, où la brusque interruption d’une routine gourmande alerte les protagonistes de Debout les morts de la disparition de Sophia Siméonidis. Celle-ci dégustait chaque jeudi, au restaurant Le Tonneau, un émincé de veau aux champignons… Quant aux génies du crime, très rapidement ils ont appris à transformer le péché de gourmandise en une arme redoutable. Dans La Mystérieuse Affaire de Styles, Agatha Christie n’a-t-elle pas malicieusement ordonné au meurtrier de précipiter quelques gouttes de strychnine dans le cacao de la malheureuse Emily Inglethorp ? De prime abord, Arthur Conan Doyle n’a pas souhaité, lui, souscrire au crime par empoisonnement qui fit les beaux jours de ses confrères écrivains. Est-ce parce que en tant que médecin, la ficelle lui apparaissait trop grossière ? Ou bien parce que ses passions de lecteur (son écrivain favori resta longtemps le célèbre romancier d’aventures Mayne-Reid) le portaient à imaginer de plus sombres machinations que de « simples » empoisonnements constatés après un repas ? Ainsi, si Sherlock Holmes élucide un certain nombre d’escroqueries, de meurtres, de vols, on dénombre à notre connaissance une seule affaire d’empoisonnement par la nourriture, celle de Camberwell, évoquée mais non racontée par Conan Doyle, et qui sera reprise par June Thomson dans Les Carnets secrets de Sherlock Holmes. Notre héros présente à première vue, lui, un cerveau déconnecté du corps et de ses contingences. Si l’on devait compléter la liste des connaissances et des ignorances de Sherlock Holmes, élaborée par Watson peu de temps après son emménagement au 221b Baker Street, peut-être serait-on tenté d’inscrire Connaissances en gastronomie : nulles. Eh bien ce serait une erreur, car s’il semble plus enclin à disparaître derrière les volutes de sa célèbre pipe, le fameux détective n’en demeure pas moins un véritable gourmet, fréquentant les meilleures tables de Londres tout en discourant sur le jeûne, qui aide à la réflexion. S’il fait mine d’alléger au possible son régime alimentaire à des fins d’élévation spirituelle ou saute parfois un repas pour ne pas perdre une piste, Sherlock Holmes est souvent pris en flagrant délit gourmand. Car c’est bien là un des paradoxes les plus intéressants du personnage inventé par Sir Arthur Conan Doyle, qui ne se lasse jamais de surprendre le lecteur par une personnalité insaisissable, à mi-chemin entre Bohémien (ainsi le qualifie Watson) et dandy anglais, capable de rester cloîtré chez lui plusieurs jours puis d’endosser un habit pour se rendre chez Simpson’s, table dont la renommée a traversé les années jusqu’à nous. Manifestant ainsi qu’il peut s’adapter à tous les aléas de la vie, ainsi que le fit son créateur, passé d’une enfance modeste sinon miséreuse à Édimbourg jusqu’à devenir l’auteur le plus lu d’Angleterre, décoré par Édouard VII et comptant parmi ses admirateurs la reine Victoria. Du pain noir jusqu’au festin de Buckingham Palace, il n’y a parfois qu’un trait de plume...

On présente trop souvent Sherlock Holmes comme un ascète, une machine à penser délaissant la cuisine au profit de nourritures intellectuelles. Ce n'est pas le cas. Si, au plus fort d'une enquête, le célèbre détective oublie parfois de manger ou consomme tout juste un sandwich, il aime aussi les mets raffinés, comme une bécasse ou un foie gras en croûte et les grands vins français. Mieux, l'observation de l'art éphémère qu'est la cuisine lui permet de conduire son art de l'investigation. Ainsi, peut-il confondre le coupable en observant un brin de persil s'enfonçant dans une plaque de beurre. Sherlock Holmes, gourmet ? La déduction s'impose ! Mêlant recettes et extraits des ouvres de Sherlock Holmes, cet ouvrages très illustré de photos de recettes et d'ambiance ainsi que d'images anciennes, présente le célèbre détective et des plats évoquant ses enquêtes et les pays visités. Ce cher Watson n'a plus qu'à se régaler !

À propos de l'auteurL'auteur

Anne Martinetti est auteur de romans policiers publiés aux éditions du Masque et par ailleurs passionnée de cuisine ! Elle s’est ainsi penchée avec succès sur les péchés gourmands de nombreux héros : Crèmes et châtiments : recettes délicieuses et criminelles d’Agatha Christie (2005), Les Petites Recettes modèles, inspirées de la Comtesse de Ségur (prix Antonin Carême 2007), Faim de séries (2008), La Sauce était presque parfaite : 80 recettes d’après Alfred Hitchcock (Gourmet Cookbook Prize 2008). Philippe Asset est photographe de nombreux livres de gastronomie notamment chez Minerva et Albin Michel. Il est le photographe de la plupart des livres réalisés par Anne Martinetti : Crèmes et châtiments : recettes délicieuses et criminelles d’Agatha Christie (2005), Les Petites Recettes modèles, inspirées de la Comtesse de Ségur (2007), La Sauce était presque parfaite : 80 recettes d’après Alfred Hitchcock (2008).
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782812301551&jscmd=viewapi&callback=gbookscb