“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Théorie queer et cultures populaires - De Foucault à Cronenberg de Teresa de Lauretis

Théorie queer et cultures populaires

De Foucault à Cronenberg

Par Teresa de Lauretis, Pascale Molinier (Préface), Marie-Hélène Bourcier (Traduction)

Théorie queer et cultures populaires

Broché, 189 pages

Paru le 27 avril 2007 chez La Dispute

Classé n° 469.979 des ventes sur Amazon.fr
Collection
Prix éditeur
14,00 €
Langue
Français
ISBN-10

2843031133

ISBN-13

9782843031137

Dimensions

12,5 x 20,0 x 1,4 cm

Poids

208 grammes

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Ammareal.fr, Cdiscount.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Label-Emmaus.co, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, Rakuten.com, RecycLivre.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Broché, 189 pages
Date de publication : 27 avril 2007
Collection : Le genre du monde
Éditeur : La Dispute
Langue : Français
ISBN-10 : 2843031133
ISBN-13 : 9782843031137
Prix éditeur : 14,00 €
Classement Amazon.fr : 469.979
Dimensions : 12,5 x 20,0 x 1,4 cm
Poids : 208 grammes

Infos Prix

  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 41,99 €
  • - 6 personnes ont créé des alertes prix et souhaitent acheter ce livre (minimum 10 €, moyenne 18,32 €, maximum 35 €).
  • - Dernière alerte prix créée : il y a 3 semaines.
  • - Cette édition semble épuisée, ce livre est maintenant rare et très prisé des collectionneurs.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente ! En savoir plus…

eBooks

Format Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé…

Résumé

Le genre du monde est une série dirigée par Danièle Kergoat.

Sous ce label sont publiés des livres qui, en explorant les rapports hommes-femmes, contribuent à renouveler la compréhension des sociétés.

Littérature, cinéma, sémiotique, psychanalyse, études sur le genre, féminisme queer, depuis les années 1980. Teresa de Lauretis, universitaire italienne enseignant au États-Unis, porte une pensée critique au travers de tous ces champs. Elle relit Freud à partir des épistémologies lesbienne et gaie, en lui empruntant ses théories du fantasme et de la pulsion. Elle revisite Gramsci, Foucault ou Althusser, s'appropriant, croisant et hybridant les apports, construisant une conception du sujet de part en part social et psychique.

Ce premier recueil de textes publié en français par Pascale Molinier et traduit par Marie-Hélène Bourcier tente de rassembler plusieurs aspects fondamentaux de sa pensée. Dans «Technologie de genre», Teresa de Lauretis montre comment le genre est construit comme représentation par des «technologies sociales, des appareils techno-sociaux ou bio-médicaux», et en même temps subjectivé par chaque individu. Avec «Théorie queer : sexualités lesbiennes et gaies» apparaissait en 1990 la première occurrence du terme «Queer Theory» dans le domaine des études sur le genre. Enfin, dans «Culture populaire, fantasmes public et privé», prenant pour objet le film de David Cronenberg, «M. Butterfly», elle confronte l'effet des formes culturelles populaires à celui des fantasmes privés.

Attentif au sexuel comme énigme, à la culture comme force sociale, le travail de Teresa de Lauretis, toujours au plus près de sa propre expérience, excède souvent son objet pour éclairer l'ensemble des représentations et des rapports sociaux qui nous construisent comme individus.

Extrait du livre :
La technologie du genre

La notion de genre synonyme de différence sexuelle a été centrale dans la critique de la représentation, la relecture des images et des récits culturels, le questionnement des théories de la subjectivité et de la textualité, de la lecture, de l'écriture et de la réception dans les écrits et les pratiques féministes des années soixante et soixante-dix. Elle a fondé et nourri les interventions féministes dans des domaines comme les savoirs abstraits et formels, les champs épistémologiques et cognitifs définis par les sciences sociales, les sciences physiques ou les sciences humaines. Simultanément et de manière interdépendante, des pratiques et des discours spécifiques se sont élaborés et se sont créé des espaces sociaux (des espaces genres au sens d'«espace pour les femmes», comme les groupes de prise de conscience, la constitution de comités de femmes dans les disciplines, les études sur les femmes (women's studies), les revues féministes ou les collectifs médias, etc.) où la différence sexuelle pouvait être affirmée, problématisée, analysée, spéci­fiée ou vérifiée. Aujourd'hui cependant, cette notion de genre synonyme de «différence sexuelle» ainsi que ses notions dérivées - la culture des femmes, la maternité, l'écriture féminine, la féminité, etc. - sont devenues limitatives ; elles sont un obstacle pour la pensée féministe.
En insistant sur le sexuel, la notion de «différence sexuelle» renvoie d'abord et ultimement à la diffé­rence entre femmes et hommes, entre féminin et masculin. Même la notion plus abstraite de «diffé­rences sexuelles» qui ne seraient pas le résultat de la biologie ou de la socialisation mais de la signification et d'effets discursifs (l'accent portant ici moins sur le sexuel que sur les différences en tant que différance) se réduit à la différence (de la femme) avec l'homme ou, mieux, à l'exemple même de la différence chez l'homme. Continuer à poser la question du genre dans ces termes, alors que la critique du patriarcat a été entièrement balisée, emprisonne la pensée féministe dans les termes mêmes du patriarcat occidental, la confine dans le cadre d'une opposition conceptuelle qui est «toujours déjà» inscrite dans ce que Frédéric Jameson appellerait l'«inconscient politique» des discours culturels dominants et de leurs «récits maîtres» sous-jacents - qu'ils soient biologiques, médicaux, juridiques, philosophiques ou littéraires - ; une opposition conceptuelle qui tend à se reproduire, à se retextualiser, comme nous le verrons par la suite, et ce, même dans les réécritures féministes des récits culturels.

À propos de l'auteurL'auteur

Autres éditions (1)

Date d'édition Editeur Format
Théorie queer et cultures populaires - De Foucault à Cronenberg de Teresa de Lauretis,Pascale Molinier (Préface),Marie-Hélène Bourcier (Traduction) ( 27 avril 2007 ) - 27/04/200727/04/2007BrochéComparer
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782843031137&jscmd=viewapi&callback=gbookscb