“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

La grande histoire du pain et des boulangers - Des origines à nos jours de Jean-Michel Lecat

La grande histoire du pain et des boulangers

Des origines à nos jours

Par Jean-Michel Lecat

Relié, 278 pages

Paru le 18 septembre 2006 aux éditions de Lodi

Classé n° 510.160 des ventes sur Amazon.fr
Illustrations
Couleur
Prix éditeur
15,22 €
Langue
Français
ISBN-10

284690264X

ISBN-13

9782846902649

Dimensions

26,5 x 29,0 x 3,5 cm

Poids

2220 grammes

Meilleur prix

D'occasion

Neuf

Enchères

eBooks

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Ammareal.fr, Cdiscount.com, Decitre.fr, eBay.fr, Eyrolles.com, Fnac.com, Label-Emmaus.co, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, Rakuten.com, RecycLivre.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Relié, 278 pages
Date de publication : 18 septembre 2006
Illustrations : Couleur
Éditeur : Editions de Lodi
Langue : Français
ISBN-10 : 284690264X
ISBN-13 : 9782846902649
Prix éditeur : 15,22 €
Classement Amazon.fr : 510.160
Dimensions : 26,5 x 29,0 x 3,5 cm
Poids : 2220 grammes

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 47,17 € (soit 310% du prix éditeur)
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 28,46 €
  • - 19 personnes ont créé des alertes prix et souhaitent acheter ce livre (minimum 10 €, moyenne 20,17 €, maximum 50 €).
  • - Dernière alerte prix créée : il y a 2 semaines.
  • - Cette édition semble épuisée, ce livre est maintenant rare et très prisé.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente ! En savoir plus…

eBooks

Format Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé…

Le Grand Livre de la Boulangerie

Le Grand Livre de la Boulangerie

Jean-marie Lanio

Relié, 244 pages

Quel pain voulons-nous?

Quel pain voulons-nous?

Marie Astier

Broché, 128 pages

Résumé

Le pain nous raconte notre Histoire !

° «Donnez-nous notre pain quotidien»

Emblème spirituel d'un pays d'origine chrétienne et base de son alimentation jusqu'au début du XXe siècle, le pain est un acteur privilégié et permanent de l'histoire de France. Symbole d'opulence ou de misère - pain blanc des riches, pain noir des pauvres - il fut longtemps l'indicateur de la bonne ou mauvaise santé du pays.

«Gagner sa croûte» !
À partir des années 1850, le pain ne manque plus mais c'est l'argent pour le payer qui fait souvent défaut ! À la fin du XIXe siècle, chaque Français consomme encore 900 grammes de pain par jour. Jusqu'à l'époque du Front populaire, le pain reste le principal mot d'ordre de toute revendication sociale, symbole d'une vie digne dans l'esprit de la majorité d'entre nous.

» Retrouver le goût du pain !
Depuis les Trente glorieuses (1945-1975), nos habitudes alimentaires ont considérablement évolué mais nous avions oublié le goût du bon pain pour nous contenter de produits industriels insipides. Aujourd'hui, chaque Français n'en consomme plus que 150 grammes par jour ! Heureusement, il est de nouveau exigeant quant à sa qualité.

Un livre témoignage :
Découvrez la grande saga du pain qui se confond avec l'Histoire des Français sous toutes ses facettes religieuse, culturelle, politique, économique et sociale ; voire même psychologique tant le pain fut si longtemps l'obsession constante de tout un peuple.

° Une véritable encyclopédie visuelle :
Plus de 300 illustrations : photographies, tableaux, dessins, caricatures, cartes postales anciennes, chromos et images d'Épinal concourent à «montrer» l'histoire du pain. Une somptueuse iconographie pour revivre d'abord par l'image et avec beaucoup d'émotion tous les aspects de notre rapport privilégié avec le pain.

Extrait du livre :
La féodalité, même synonyme d'impôts et de corvées, apporte, malgré tout, une certaine sécurité et un meilleur rendement des terres cultivées. La pénurie de pain n'est dès lors plus perçue comme une fatalité mais comme la pire des injustices. La colère divine est moins invoquée que l'incurie ou la rapacité des seigneurs...
Et le roi, représentant de Dieu sur terre, peut-il encore échapper à toute responsabilité ? Comment peut-il accepter que ses sujets manquent de pain quand le pain est «l'aliment-roi», pour reprendre l'expression de S. Kaplan ? Jacqueries dans les campagnes, émeutes dans les villes vont ainsi se multiplier, à partir du XVIe siècle, dès l'instant où le peuple, mieux informé, comprendra que ce ne sont pas tant les catastrophes naturelles que les appétits des spéculateurs, ou l'incurie des politiques, qui l'affament.

Dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, ce sont les physiocrates - les technocrates de l'époque -et leurs réformes qui exacerberont les tensions. À vouloir sincèrement, mais prématurément, libérer le peuple de la hantise du pain en instaurant la liberté des prix et du commerce, ils ont largement indisposé le pays et fait le lit de la Révolution. Personne n'oubliera, pendant plus d'un siècle, le fameux «pacte de famine» des années 1775, quand bien même relevait-il du pur fantasme. On sait ce qu'il en advint pour Louis XVI et sa mie.
La Révolution ne résout pas le problème du blé, loin s'en faut. Au moins le prend-elle en compte, avec plus ou moins de réussite, et surtout libère-t-elle les paysans des insupportables corvées et taxes banales des fours et des moulins.
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le pain ne manquera que rarement ; c'est bien plus souvent l'argent pour le payer qui fera défaut.
En effet, la révolution industrielle entraîne la naissance d'un prolétariat urbain mal rémunéré qui ne pourra pas toujours s'acheter le «boulot» quotidien.
Ce «boulot» - nom du pain courant - devient vite le symbole de la lutte des classes... et le restera jusqu'en 1936 ! En langage populaire, être sans «boulot», c'est manquer de travail, donc de pain, et l'argot, lui, convertira le blé... en monnaie ! Images parlantes, n'est-ce pas ?

À propos de l'auteurL'auteur

Jean-Michel Lecat, historien et conseiller en communication, est l'auteur chez le même éditeur de Paysans de France, un siècle d'histoire rurale 1850-1950, chez Larousse du Petit Guide de l'Euro, et en collaboration pour des ouvrages collectifs de Français, notre histoire, nos passions ; Les grandes énigmes de l'histoire de France ; Dossiers thématiques pour le Petit Larousse.
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782846902649&jscmd=viewapi&callback=gbookscb