“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Chu Ta - Le Génie du Trait - 1626 - 1705 de François Cheng

Chu Ta

Le Génie du Trait - 1626 - 1705

Par François Cheng

Chu Ta

Broché, 160 pages

Paru le 7/10/1999 chez Phébus

Classé n° 445.054 des ventes sur Amazon.fr
Prix éditeur
40,05 €
Langue
Français
ISBN-10

2859405925

ISBN-13

9782859405922

Dimensions

30,00 x 24,00 x 1,60 cm

Poids

950 grammes

Offres

Site Marchand Etat Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix...

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Cdiscount.com, Cultura.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, PriceMinister.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus).
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

Détails & caractéristiques

Format : Broché, 160 pages
Date de publication : 7/10/1999
Editeur : Phébus
Langue : Français
ISBN-10 : 2859405925
ISBN-13 : 9782859405922
Prix éditeur : 40,05 €
Classement Amazon.fr : 445.054
Dimensions : 30,00 x 24,00 x 1,60 cm
Poids : 950 grammes

Les mystères de Chu Ta et ses traits

Ce livre sur la peinture chinoise est consacré au grand Chu Ta (1626-1705) un dieu dans l’art du trait qu’il dominait à la perfection. Tantôt qualifié de maître, tantôt jugé de fou de par son passé de vagabond, il a finalement trouvé refuge dans la peinture et dans les lignes. Surnommé « Chu Ta le Muet », il semblait préparer ses futurs chefs d’œuvres dans sa tête, les imaginer sous toutes les coutures dans ses yeux, pour finalement les dessiner avec tout son cœur. L’homme précurseur pour son époque créait tout avec une simplicité et une sobriété insolente.

Si vous êtes intéressé par la peinture chinoise traditionnelle et si la manière de penser de ce roi du noir et blanc vous intrigue, alors vous retrouverez toutes les explications de ses magnifiques dessins dans cet ouvrage extrêmement rare.

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 58,88 € (soit 147% du prix éditeur)
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 12,79 €
  • - Plusieurs personnes ont créé des alertes prix et souhaitent acheter ce livre (49,00 € maximum)
  • - Ce livre est épuisé chez l'éditeur, il est maintenant rare et très prisé des collectionneurs.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente !

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

eBooks

Site Marchand Format DRM Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé...

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé...

Recherche en cours...

Il n'y a actuellement aucune critique pour ce livre.
Chu Ta (1626-1705), qui fut l'un des maîtres du célèbre Shitao, occupe dans l'histoire de la peinture chinoise une place unique. A la fois dépositaire d'une tradition millénaire, parvenue à son degré de plus haut accomplissement, et explorateur d'une modernité qui s'engage avec une superbe imprudence dans les voies nouvelles, il hante la lisière de deux mondes. Violemment hostile à l'académisme officiel, refusant au surplus de collaborer avec les nouveaux maîtres mandchous qui venaient de s'installer sur le trône impérial, il mena plus d'un demi-siècle durant une existence de quasi vagabond, dont les péripéties sont celles d'un véritable roman. Il en fut si marqué qu'il n'hésita pas à s'engager un temps dans les seules issues extrêmes qui convinssent à son esprit rebelle : le mutisme et la folie. Sans doute ne lui fallait-il pas moins que toutes ces épreuves pour accomplir son destin. Au fil d'une vie longue et tourmentée, où le geste de peindre se révéla pour lui une voie de salut, il sut à ce point épurer son art - un art fondé sur la maîtrise des traits essentiels - qu'il rejoignit spontanément, et par les chemins les moins conformistes, la plus haute intuition des Anciens : pour qui le trait était l'homme même ; et tracer le trait, en soi, manière authentique d'être. On se rappelle le conseil brutal donné par Matisse : " Vous voulez faire de la peinture ? Commencez alors par vous couper la langue, car désormais vous ne devez vous exprimer qu'avec vos pinceaux. " Chu Ta le Muet aurait pu faire de cette phrase sa devise. Le fait est que le mutisme semble exacerbé chez lui les puissances du regard, comme si le sacrifice de la parole articulée l'avait aidé à goûter d'autant mieux les images qui s'offraient à ses yeux : figures qu'il devait méditer longuement en lui-même, dont il pouvait caresser à loisir les multiples facettes, et dont le silence favorisait mystérieusement l'éclosion. Les quelque quatre-vingts peintures qui se trouvent reproduites dans le présent ouvrage proviennent pour la plupart des musées de Chine. François Cheng les avait révélées au public de langue française en 1986, dans une première version de ce livre - qu'il a tenu à revoir et à améliorer largement pour la présente édition.
François Cheng. Né en Chine en 1929, issu d'une famille de lettrés, il entreprend d'abord des études universitaires à Nankin, puis gagne la France où il s'installe définitivement en 1949. Après des études à la Sorbonne et à l'Ecole pratique des Hautes Etudes, il se lance à son tour dans l'enseignement. Il occupera bientôt une chaire de professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Son œuvre, déjà traduite dans plusieurs pays, est l'aboutissement d'un double itinéraire intérieur : assumer son passé et la meilleure part de sa culture d'origine, et s'initier à la meilleure part de la culture occidentale à travers l'expérience de l'exil. Itinéraire tout à la fois douloureux et exaltant, vécu dans une tension de tous les instants - mais tendu justement chaque jour davantage vers l'unité, c'est-à-dire vers l'Ouvert. L'Art étant bien évidemment l'une des voies privilégiées d'accession à cette unité. On doit à François Cheng, lui-même traducteur et poète, de nombreuses études sur la poésie et l'art de la Chine : L'Ecriture poétique chinoise (Seuil, 1977), Vide et plein : le langage pictural chinois (Seuil, 1979), De l'arbre et du rocher (Fata Morgana, 1989), Entre source et nuage (Albin Michel, 1990), Trente-six poèmes d'amour (Unes, 1997), Double chant (Encre marine, 1998), Cantos toscans (Unes, 1999), ainsi que plusieurs ouvrages illustrés considérés désormais comme des classiques : L'Espace du rêve : mille ans de peinture chinoise (Phébus, 1980), Shitao : la saveur du monde (Phébus, 1998, prix André Malraux). Venu tard à la fiction, il a vu son premier roman (Le Dit de Tianyi, Albin Michel, 1998) couronné par le prix Femina.

Autres éditions (1)

Couverture Date d'édition Editeur Format
Phébus 01/08/199101/08/1991PhébusRelié, 160 pagesComparer
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782859405922&jscmd=viewapi&callback=gbookscb