“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Le Troisième policier de Flann O'Brien

Le Troisième policier

Par Flann O'Brien, Patrick Reumaux (Traduction)

Broché, 256 pages

Paru le 27 février 2003 chez Phébus

Classé n° 223.866 des ventes sur Amazon.fr
Collection
Prix éditeur
9,10 €
Langue
Français
ISBN-10

2859408843

ISBN-13

9782859408848

Dimensions

12,2 x 18,2 x 1,3 cm

Poids

210 grammes

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Ammareal.fr, Biblio.com, Cdiscount.com, Decitre.fr, eBay.fr, Eyrolles.com, Fnac.com, Label-Emmaus.co, Le-livre.fr, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, LOccasionDeLire.fr, Rakuten.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus). Pour Amazon.fr, les frais de port affichés ici sont une estimation.
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Broché, 256 pages
Date de publication : 27 février 2003
Collection : Libretto
Éditeur : Phébus
Langue : Français
ISBN-10 : 2859408843
ISBN-13 : 9782859408848
Prix éditeur : 9,10 €
Classement Amazon.fr : 223.866
Dimensions : 12,2 x 18,2 x 1,3 cm
Poids : 210 grammes

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 4,79 €
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 2,55 €
  • - En achetant ce livre d'occasion, vous pouvez réaliser en moyenne 47% d'économie par rapport au prix éditeur.
  • - Une personne a ajouté ce livre en favoris.
  • - Une personne a créé une alerte prix et souhaite acheter ce livre (3 € maximum).
  • - Dernière alerte prix créée : il y a 3 mois.
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente ! En savoir plus…

eBooks

Format Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé…

L'Archiviste de Dublin

L'Archiviste de Dublin

Flann O'Brien

Broché, 256 pages

Leurs enfants après eux - Prix Goncourt 2018

Leurs enfants après eux - Prix Goncourt 2018

Nicolas Mathieu

Broché, 425 pages

Résumé

Reprise en collection « Libretto » du Troisième policier de Flann O'Brien (1911-1966) : prototype (à l'irlandaise) du polar métaphysique - cartésiens s'abstenir. Joyce salua en O'Brien son égal : « Un écrivain authentique, doué du véritable esprit comique. » Brendan Behan : « Je le lis avec soulagement et jalousie. » Edna O'Brien : « Avec Joyce et Beckett il constitue notre trinité de grands écrivains irlandais. »

« Écrit en 1940, refusé par tous les éditeurs et publié seulement en 1967, après la mort de Flann O'Brien, Le Troisième policier inaugure un nouveau genre de thriller : le « véli-vélo insoluble ». Histoire d'un jeune homme, affligé d'une jambe de bois, qui tue un vieillard mais, la nuit suivant le meurtre, échange avec celui-ci des considérations sur la force du refus, le Non comme principe de vie, tout en se disant qu'il est bien dommage d'avoir trucidé un homme d'aussi agréable compagnie. Sur quoi l'unijambiste continue son exploration du pays des Merveilles et rencontre des policiers ferrés en théorie atomique (selon laquelle les gens qui passent leur vie sur leur bicyclette voient leur personnalité confondue avec l'engin) et dont la principale obsession est de traquer des bicyclettes ayant un taux élevé d'humanité » (LINDA LÊ) Policiers farfelus mais peut-être perspicaces, savants fous mais cependant philosophes, assassins délirants. Le polar métaphysique à son sommet.


Extrait du livre :
Tout le monde ne sait pas comment j'ai tué le vieux Phillip Mathers, lui défonçant la mâchoire à coups de pelle. Mais je vais d'abord parler de mon amitié avec John Divney car c'est lui qui a frappé le premier le vieux Mathers, lui assenant un grand coup sur la nuque avec une pompe à vélo qu'il avait lui-même fabriquée dans une barre de fer creuse. Divney était un gaillard à l'allure avenante, mais c'était un paresseux à l'esprit oisif. C'est lui qui est responsable de toute l'affaire. Lui qui m'a demandé d'apporter ma pelle. Lui qui donnait les ordres et fournissait les explications nécessaires.
Je suis né il y a longtemps. Mon père était un solide fermier et ma mère tenait une auberge. Nous y vivions tous, mais ce n'était pas une grosse maison : elle était fermée presque toute la journée car mon père travaillait dehors, à la ferme, et ma mère était toujours à la cuisine. Quand les clients arrivaient, il était presque l'heure d'aller se coucher, et cette heure était largement dépassée pour Noël et d'autres jours de fête. De ma vie, je n'ai jamais vu ma mère ailleurs que dans la cuisine, ni le moindre client durant la journée et, même la nuit, je n'en ai jamais vu plus de deux ou trois ensemble. Mais je passais alors au lit une partie de mon temps et il est possible que tard dans la nuit, tant avec ma mère qu'avec les clients, les choses se soient passées différemment. Je ne me rappelle pas bien mon père, un homme taillé en hercule qui ne parlait pas beaucoup, sauf le samedi soir où il bavardait de Parnell avec les clients et disait que l'Irlande était un pays sacrément bizarre. Ma mère, par contre, je m'en souviens parfaitement. A force d'être penchée sur ses fourneaux, elle avait le visage rouge et enflammé. Elle passait sa vie à faire du thé pour passer le temps, et à chanter des bribes de vieilles ballades en attendant que le temps passe. Je la connaissais bien, mais mon père et moi étions des étrangers et ne conversions pas beaucoup. Souvent, quand j'étudiais dans la cuisine, le soir, je l'entendais par la mince porte qui donnait sur la salle, parler pendant des heures, assis dans son fauteuil sous la lampe à pétrole, avec Mick, le chien de berger. C'était toujours le bourdonnement que j'entendais, jamais les mots séparés. Mon père était un homme qui comprenait admirablement les chiens et les traitait comme des êtres humains. Ma mère avait un chat, mais c'était un vagabond qu'on voyait rarement, et elle ne lui prêta jamais la moindre attention. Chacun séparément, nous étions, à notre étrange manière, tous très heureux.
Puis vint certain Noël, et quand l'année passa, mon père et ma mère passèrent aussi. Mick, le chien de berger, fut attristé par le trépas de mon père; trop fatigué pour s'occuper des moutons, il trépassa l'année suivante. J'étais jeune et bête à l'époque, et je ne savais pas très bien pourquoi tous ces gens m'avaient quitté, où ils étaient allés et pourquoi ils ne m'avaient pas prévenu. Ma mère fut la première à partir et je me rappelle un gros homme au visage rouge, vêtu de noir, disant à mon père qu'il ne pouvait y avoir le moindre doute sur l'endroit où elle se trouvait, qu'il en était aussi certain que de n'importe quoi d'autre dans cette vallée de larmes. Mais il ne dit pas où, et comme je pensais que c'était une affaire personnelle et que ma mère serait de retour le mercredi, je ne lui ai pas demandé où était l'endroit. Plus tard, quand mon père partit, je pensai qu'il était allé la chercher en carriole, mais quand ni l'un ni l'autre ne furent de retour le mercredi suivant, je me sentis triste et déçu. L'homme vêtu de noir était de nouveau là. Il resta deux nuits à la maison, passant son temps à se laver les mains dans la chambre et à lire des livres. Il y avait deux autres hommes : un petit au teint pâle et un grand avec des guêtres. Ils avaient les poches pleines de pièces de monnaie et m'en donnaient une chaque fois que je leur posais des questions. Je me rappelle le grand type aux guêtres disant à son compère :
-Le pauvre petit salaud, quelle malchance.
Je ne compris pas le sens de cette phrase, à l'époque. Je pensais qu'ils parlaient de l'homme en noir qui se lavait sans arrêt les mains dans la chambre. C'est plus tard que j'ai compris de quoi il s'agissait.

À propos de l'auteurL'auteur

Du même auteur

Autres éditions (5)

Date d'édition Editeur Format
Le Troisième policier de Flann O'Brien ,Patrick Reumaux (Traduction) ( 27 février 2003 ) - 27/02/200327/02/2003BrochéComparer
Le troisieme policier by Flann O'Brien (2001-10-01) - Granit - 01/10/200101/10/2001GranitBrochéComparer
Le troisieme policier - Granit - 01/10/2001
9782862811635
01/10/2001GranitBroché, 264 pages
14,0 x 19,0 x 1,8 cm
Comparer
Le troisième policier - LGF - Livre de Poche - 01/01/1996
9782253932673
01/01/1996LGF - Livre de PochePoche, 250 pagesComparer
Le troisième policier. - hachettehachetteBrochéComparer