“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

La Légende dorée de Jacques de Voragine illustrée par les peintres de la Renaissance italienne de Jacques De voragine

La Légende dorée de Jacques de Voragine illustrée par les peintres de la Renaissance italienne

Par Jacques De voragine, Teodor De wyzewa

La Légende dorée de Jacques de Voragine illustrée par les peintres de la Renaissance italienne

Broché, 700 pages

Paru le 12/03/2009 chez Diane de Selliers, éditeur

Classé n° 341.129 des ventes sur Amazon.fr
Prix éditeur
95,00 €
Langue
Français
ISBN-10

2903656479

ISBN-13

9782903656478

Dimensions

20,09 x 7,01 x 26,80 cm

Poids

2835 grammes

Offres

Site Marchand Etat Prix Livraison Total
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix...

Les offres sont recherchées sur les sites : AbeBooks.fr, Amazon.fr, Cdiscount.com, Cultura.com, Decitre.fr, eBay.fr, Fnac.com, Livrenpoche.com, Momox-Shop.fr, PriceMinister.com. Pour chaque offre est affiché le prix de vente, les frais de port pour la France métropolitaine ainsi que l'état du livre. Les offres sont récupérées en temps réel (à 5 minutes près) et sont classées par défaut par prix (port inclus).
* Fnac.com : retrait en magasin = 5% de remise

Détails & caractéristiques

Format : Broché, 700 pages
Date de publication : 12/03/2009
Langue : Français
ISBN-10 : 2903656479
ISBN-13 : 9782903656478
Prix éditeur : 95,00 €
Classement Amazon.fr : 341.129
Dimensions : 20,09 x 7,01 x 26,80 cm
Poids : 2835 grammes

« Ce qui doit être lu des saints » à l’aune de sa descendance picturale

Jacques de Voragine, archevêque de Gênes, vient de traduire la Bible lorsqu’il se lance dans l’écriture de la vie de 160 saints en 1261. Rédigée en latin et dans un style simple afin d’être copiée et traduite plus facilement, La Légende dorée a pour but de vulgariser la pensée chrétienne pour la rendre accessible au plus grand nombre. Elle redore également le blason de cette religion dont l’Inquisition donne une image très austère.

Dès l’achèvement du manuscrit, la Legenda sanctorum est un succès. Du XIIIe au XVIe siècle, il est le plus lu et le plus traduit. Aujourd’hui encore, il constitue une base culturelle fondamentale pour qui s’intéresse à l’histoire des religions, mais aussi à l’art.

Il est en effet le livre le plus enluminé après la Bible, et constitue pour les artistes de la Renaissance une source inépuisable de scènes saintes. L’édition de Diane de Selliers met en regard ces deux aspects de l’œuvre par des peintures célèbres ou inédites de plus de 160 artistes, pour le plus grand plaisir des yeux et de l’esprit.

Infos Prix

  • - Prix moyen d'occasion : 64,90 €
  • - Prix le moins cher enregistré depuis 6 mois : 17,98 €
  • - En achetant ce livre d'occasion, vous pouvez réaliser en moyenne 32% d'économie par rapport au prix éditeur.
  • - Plusieurs personnes ont créé des alertes prix et souhaitent acheter ce livre (65,00 € maximum)
  • - Astuce : en créant une alerte prix, vous pouvez être informé par e-mail dès qu'une bonne affaire se présente !

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

eBooks

Site Marchand Format DRM Prix

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé...

Ceux qui ont lu ce livre ont également aimé...

Recherche en cours...

Il n'y a actuellement aucune critique pour ce livre.
Dès sa parution vers 1260, le retentissement de La Légende dorée fut considérable. La Legenda Sanctorum « ce qui doit être lu des saints » devient rapidement la Legenda Aurea parce que, dit-on, son contenu est d’or... Cette extraordinaire vie de saints écrite par Jacques de Voragine, futur archevêque de Gênes, est, avec la Bible, le livre le plus lu, copié, enluminé, traduit dans toutes les langues.

La Légende dorée est, dès le début de la Renaissance italienne, l’ouvrage de référence incontesté de tous les peintres : les plus grands artistes s’en sont directement inspirés : Duccio, Giotto, Simone Martini, Fra Angelico, Ambrogio et Pietro Lorenzetti, Masaccio, Masolino, Piero della Francesca ..., mais aussi des artistes moins connus, mais non moins inspirés. La Légende dorée est pour eux une source d’inspiration inépuisable, et ils enrichissent ainsi les églises, les couvents et les monastères de fresques, de retables, de polyptyques, déployant tout leur génie dans l’illustration des scènes de la vie des saints telles que Jacques de Voragine les a décrites.

Leurs œuvres sont éblouissantes d’humanité, de grâce, de force, d’émotion et de compassion. Quatre cents reproductions en couleurs de plus de cent-vingt peintres du Trecento et du Quattrocento italiens sont reproduites, dont un grand nombre n’avait jamais été vu : fresques cachées au fond de couvents, retables découverts dans de petites églises, prédelles éparpillées dans divers musées, enfin rassemblées.

Jacques de Voragine - Sa vie, son époque. Jacques de Voragine est né en 1228 à Varazze, ville côtière de Gênes, en Italie, à mi-chemin entre Savone et Voltri, d’où son nom latin Jacobus de Varagine. L’erreur d’un copiste substituant un « o » au premier « a » de son nom aura valu à l’auteur de devenir Jacques de Voragine. Il a seize ans quand, en 1244, il entre dans l’ordre des Frères Prêcheurs fondé par saint Dominique en 1215. Tour à tour novice, moine, professeur de théologie, prédicateur, il allie une science des mœurs si pures et une vertu si grande, que tous les couvents dominicains du nord de l’Italie conservent le souvenir de ce personnage saint. C’est vers 1255 qu’il écrit la Légende dorée. Frère prêcheur avant tout, son chapitre le plus long est consacré à saint Dominique, mort depuis moins de cinquante ans. Dominicain comme lui, Thomas d’Aquin, le « docteur angélique », enseigne de 1252 à 1259 à Paris, où il rédige la Somme contre les gentils, pendant que son maître, Albert le grand, est élu provincial à Cologne en 1254. Chez les franciscains, fondés en 1226, Roger Bacon, le « docteur admirable » enseigne à Oxford de 1252 à 1257 ; et Bonaventure est élu général des franciscains en 1256, après sept ans d’enseignement à Paris. Et Jacopone da Todi (1236-1306), le futur poète du Stabat Mater, va prononcer ses vœux. Jacques de Voragine est également contemporain de saint Louis à Paris, entre la septième et la huitième croisade qui lui sera fatale. La foi construit la Sainte Chapelle pour les âmes, la science construit la Sorbonne pour l’esprit et pour les corps la charité construit les Quinze-Vingts. En 1292, il devient l’archevêque de Gênes. Alors que les Guelfes (partisans du pape) et les Gibelins (partisans de l’empereur) s’affrontent depuis 1260, Jacques de Voragine réussit, en 1295, après trois ans d’effort, à obtenir qu’ils se réconcilient. Il participe donc à la pacification des clans Mascherati (gibelins) et Rampini (Guelfes) ainsi qu’à diverses opérations diplomatiques entre Gênes et Venise. Au travers son texte et sa vie, on remarque que pour Jacques de Voragine, la nécessité évidente est d’être compris par le plus grand nombre. Avant de mourir en 1298, il dispensa les pauvres du prix de ses funérailles et demanda que son corps reposa dans l’église de son ancien couvent et non dans la cathédrale auprès des autres évêques.

Autres éditions (5)

Couverture Date d'édition Editeur Format
Gallimard 11/03/200411/03/2004GallimardReliure inconnue, 1664 pagesComparer
Hachette Livre BNF 01/05/201301/05/2013Hachette Livre BNFBroché, 782 pagesComparer
Saraswati Press 22/09/201222/09/2012Saraswati PressBroché, 598 pagesComparer
Le Cerf 01/05/198401/05/1984Le CerfBroché, 282 pagesComparer
Points 06/02/201406/02/2014PointsPoche, 846 pagesComparer
https://books.google.fr/books?bibkeys=ISBN:9782903656478&jscmd=viewapi&callback=gbookscb