“ Les livres aux meilleurs prix ! ”

Marsupilami - Tome 32 - Bienvenido a Bingo ! de Colman

Marsupilami

Tome 32 - Bienvenido a Bingo !

Par Colman, Batem (Illustrations)

Marsupilami

Format Kindle, 48 pages

Paru le 17 mai 2019 chez Dupuis

Collection
Prix éditeur
5,99 €
Langue
Français
ASIN
B07QYV1QZ2

Offres

Site Marchand État Prix Livraison Prix
Il n'y a actuellement aucune offre pour ce livre.

Recherche des meilleurs prix…

EnchèresEBAY

Temps restant Enchères Etat Prix Livraison Total

Détails & caractéristiques

Format : Format Kindle, 48 pages
Date de publication : 17 mai 2019
Collection : Marsupilami
Éditeur : Dupuis
Langue : Français
ASIN : B07QYV1QZ2
Prix éditeur : 5,99 €

eBooks

Format Prix

Résumé

Diane Forest, la seule botaniste au monde à bien connaître les marsupilamis, part protéger le plus vieux cactus du monde : El Viejo Milagroso. Le souci pour ce « vieux miraculeux » qui est censé exaucer les voeux, c'est que juste à côté, en plein milieu du désert, a poussé une ville faite de casinos et de machistes : Bingo. Détestables à tous niveaux, ils prennent en grippe Diane dès son arrivée en ces terres misogynes.
Et lorsque la police se rend compte qu'une petite marsupilamie a fait le voyage avec elle, son périple tourne au drame... Détenue en garde à vue puis emprisonnée dans une prison haute sécurité pour femmes (où elles n'ont pour distraction que le matériel ménager que mettent à disposition les gardiens...), elle réussira à s'évader et tentera de retrouver Bibi avant qu'il ne lui arrive malheur dans El Radiator del Diablo, ce terrible désert.
Mais de l'autre côté de la Palombie, la mère marsupilamie semble se douter de quelque chose...

À propos de l'auteurL'auteur

Stéphan Colman est né en 1961 à Liège (Belgique). Issu d'une famille d'artistes, c'est tout jeune qu'il prend le crayon comme moyen d'expression. Un grand-père peintre (Grand Prix de Rome) lui transmet son goût du perfectionnisme; une grand-mère décoratrice lui inculque le sens de la composition, de l'esthétique, de l'harmonie. Son caractère libre le mènera puis lui fera fuir l'Académie des Beaux-Arts de Liège dont l'enseignement trop scolaire l'ennuie.
Aux cours magistraux, il préfère l'expérience. Il dessine pour quelques parutions de l'époque - le journal rock EN ATTENDANT..., le fanzine AÏE (et ses compagnons sont P'tit Luc, Geerts, Dupuy, Berthet...) En 1978, il est le plus jeune dessinateur du magazine SPIROU (17 ans) mais "détrôné" l'année suivante par Philippe Bercovici (16 ans). Il y dessine des illustrations, des histoires courtes dont l'apparition de BILLY THE CAT, le jeune garnement transformé en chat, (avec Stephen Desberg au scénario). La rédaction du journal, rue de Livourne, devient sa deuxième maison.
On y rencontre au détour d'un couloir Yvan Delporte, Morris, Tillieux, Franquin, Will (qui occupera une grande place dans sa vie)... Ses pérégrinations bruxelloises le mènent à rejoindre la jeune équipe MAGIC STRIP des frères Pasamonik. Il écrit et dessine WHITE LE CHOC, l'histoire de la rencontre improbable d'un extra-terrestre égaré et d'un bouseux aigri du fin fond des States. S'en suivra RADICAL CAFÉ, une oeuvre atypique réalisée avec le peintre belge Fernand Flausch.
Cet OVNI graphique lui ouvrira les portes des agences de communication. Colman aime la nouveauté, la découverte et surtout se remettre en question. Ses années 80 seront des années PUB. Il explore l'image sous toutes ses formes - le stylisme, le logo, la vidéo... Mais en 90, la BD revient lui faire de l'oeil et Desberg, avec qui il avait travaillé dans le journal de SPIROU, vient lui proposer de développer en série l'histoire qu'ils avaient créée 10 ans plus tôt, BILLY THE CAT.
Le premier tome de la série obtient l'Alph'art Jeunesse au festival d'Angoulême et les auteurs sont contactés par des producteurs pour développer BILLY en dessin animé. De cette collaboration naîtront 6 albums (Dupuis) et 2 séries de 26 épisodes de dessin animé (FR3). Après cette expérience dans l'audiovisuel, il réalise l'ensemble des art-keys du 1er film 3D belge, FLY ME TO THE MOON. Tout ceux qui rencontrent Colman disent la même chose, c'est un sacré "raconteur" d'histoires.
Né en Afrique, il aurait certainement été griot. Né en Belgique, c'est tout naturellement avec la BD qu'il choisit de nous emmener vers l'ailleurs. La Palombie, avec le Marsupilami que dessine son ami Batem (Marsu Productions, 9 tomes). LE COEUR DU MISSISSIPI avec O'BOYS (Dargaud), l'oeuvre de "son frangin" Steve Cuzor dans laquelle il fait swinger les mots et donne le tempo. Et bientôt, le retour d'un célèbre et énigmatique personnage créé par Will et Rosy.
Au fil de l'amitié et du plaisir, Colman se balade de la BD à la peinture, de l'image aux mots, de l'humour à l'émotion. Batem, de son vrai nom, Luc Collin, est né le 6 avril 1960 à Kamina (Congo). C'est à Châtelet qu'il fait ses études secondaires, partageant son temps entre l'Athénée et l'Académie des Beaux-Arts, dans l'atelier déjà célèbre de Vittorio Leonardo, le coloriste des albums de la grande époque du Journal de Spirou. En 1978, il décide de devenir illustrateur et s'inscrit à l'institut de Saint-Luc de Liège.
Ses motivations réelles y apparaissent bien vite et ses études se verront ponctuées d'escapades de plus en plus fréquentes vers la classe de Jean-Yves Stanieel, professeur de B. D. dans le même établissement. Quatre ans plus tard, armé d'un diplôme et d'un solide coup de patte, il tente de publier ses premières planches. En vain : pendant près de deux ans, ce sera le chômage. Mais en 1984, la chance lui sourit et ne le quittera plus : la SEPP (Société d'Édition et de Publicité) recherche un dessinateur formé à l'école de Leonardo.
Celui-ci leur recommande vivement son ancien élève, et notre ami Luc se retrouve engagé du jour au lendemain, sans se douter qu'il est à l'aube d'une réussite professionnelle fulgurante. Il commence par faire du "merchandising" : on lui confie "l'oiseau Shoe", "les Snorkels", mais aussi, et surtout, "Le Marsupilami". Franquin veille sur son personnage et c'est la rencontre avec le maître. La caricature, ensuite.
Luc la pratique depuis plusieurs années pour son propre plaisir, avec une maîtrise tout à fait étonnante. Or, La Nouvelle Gazette, quotidien de Charleroi, est justement en panne de caricaturiste. Le rédac' chef contacte Leonardo (encore lui) qui s'empresse de lui proposer Luc Collin. Contrat signé, il débute en janvier 1986. Un jour, Jean-François Moyersoen, récent acquéreur des droits sur "Le Marsupilami", l'invite à reprendre le personnage pour une nouvelle série d'albums.
D'abord incrédule, il se dit que des coups de bol pareils n'arrivent que dans les bédés. Mais quand Franquin lui-même lui confirme la nouvelle, il est bien forcé d'y croire et les événements vont se précipiter. "J'étais heureux, puis l'émotion a fait place à l'angoisse... mais on m'aurait proposé d'assister André Franquin en gommant ses planches, j'étais partant...", se souvient Batem. En 1987, au bout de quatre mois, le premier album est bouclé.
Il a pour titre "La queue du Marsupilami" et Collin le signe BATEM (Baptême) en souvenir d'un surnom hérité à Saint-Luc. Franquin joue un de ses rôles favoris : aider un jeune dessinateur à s'épanouir. Sans rechigner, il transmet son savoir à Batem. Une complicité naît au cours de ce marathon graphique. L'amitié entre le maître et l'élève se renforcera album après album. Batem est à présent reconnu comme un des grands dessinateurs de BD humoristique de sa génération.